samedi 6 octobre 2012

Marxiste et non marxisant. Et encore moins marxien.

Dans mon profil, je mentionnais jusqu'à présent le fait que je me qualifiais de "marxisant".
Plusieurs personnes, surtout des camarades, m'ont interpellé à ce sujet. Ma réponse était que j'avais utilisé ce terme pour souligner que je ne me prétendais pas spécialiste de Marx dont je n'ai pas la prétention d'avoir lu l'ensemble de l’œuvre.
Mais depuis quelques semaines, le débat en Belgique sur le marxisme semble quelque peu relancé. Et alors que des lectures et des échanges avec l'un ou l'autre me faisaient déjà réfléchir à changer le terme, l'article Comment peut-on encore être marxiste paru dans Le Soir d'aujourd'hui m'a décidé. Je ne voudrai en effet pas que le qualificatif de "marxisant" soit assimilé à celui de "marxien".
Et donc clairement, oui je suis marxiste dans le sens que j'adhère aux idées développées par Marx et Engels (duo indissociable même si seul le premier à donner son nom au courant qu'ils ont élaboré. Dès son origine le "marxisme" ne peut donc se réduire aux écrits d'un seul homme. Et il a continué à évoluer ensuite) qui constituent un socle d'analyse politique mais aussi philosophique, économique et sociologique du monde. Un socle et non une doctrine figée. Pratiquer la dialectique imposant de constamment confronter théorie et pratique, doctrine et réalité de terrain.

3 commentaires:

François Schreuer a dit…

Ce serait intéressant que tu précises la définition que tu donnes de ces trois termes.

La différence entre un marxiste et un marxien, à mon sens, c'est que le premier adhère au propos politique de Marx (la dictature du prolétariat, pour faire bref) mais aussi de ses continuateurs (dès lors que la définition de la société post-capitaliste est à peine ébauchée dans les écrits de Marx lui-même) là où le second ne se réclame que de la dimension analytique de l’œuvre de Marx (la critique de l'économie capitaliste, le surtravail, la lutte des classes, pour faire tout aussi bref).

Chez pas mal d'auteurs, le marxiste est donc plus ou moins obligatoirement un léniniste (au moins). D'ailleurs Marx lui-même disait ne pas être marxiste.

Je me permets de poser la question parce que ton positionnement par rapport à ce clivage n'est pas très clair en te lisant.

(tu auras évidemment compris que je me définis, en ce qui me concerne, comme marxien, mais ça ne te surprendra pas)

Julien Dohet a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Julien Dohet a dit…

François, Je ne suis évidemment pas surpris que tu te définisses comme marxien, comme tu n'es pas réellement surpris que je me définisse comme marxiste. Ma compréhension/conception de la pensée marxiste est que c'est une série de clefs d'analyse et pas une doctrine figée. En ce sens, le débat est sans fin de savoir qui peut être considéré comme un continuateur. Pour autant que l'on admette qu'il y en a... Et donc pour répondre à ta sous-question, je suis également marxiste au sens de reprendre aussi les analyses de Lénine, Trotsky, Fanon, Mao, Gramsci, Guevara, Zinn... (j'épargnerai une tentative de liste exhaustive qui n'aurait aucun sens)