samedi 8 mai 2010

Le poujadisme : un populisme d’extrême droite

Cet article a été publié dans Aide-Mémoire , n°52 d'avril-mai-juin 2010, p.

Aujourd’hui le poujadisme est devenu un quasi synonyme de populisme. Il désigne une forme d’expression politique que le Larousse définit ainsi : « État d'esprit revendicatif limité à une expression étroitement catégorielle ». Nous verrons dans ce texte que le poujadisme recouvre d’autres aspects. « Populiste » et « poujadiste » sont des qualificatifs qui ont été attribués par certains au nouveau parti créé par Michael Modrikammen et Rudy Aernoudt sous le nom de Parti Populaire (PP). Mais qui se rappelle que ce terme de « poujadisme » est relativement récent et renvoie à un mouvement politique français des années 50 ?

De Pierre Poujade au poujadisme

Car ce qui est devenu un nom commun est issu d’un papetier du nom de Pierre Poujade (1920-2003). Comme le dit le rabat de couverture de son premier livre, J’ai choisi le combat, que nous analysons dans cette chronique[1] : « Pierre Poujade, dont la popularité dépasse aujourd’hui le monde du commerce et de l’artisanat, tient par toutes ses fibres aux vieilles terres auvergnates et quercynoises d’où est issue sa famille (…) Sa mère, modèle admirable de la Française chrétienne, supporta avec vaillance les épreuves d’un vie de sacrifice, élevant sept enfants après avoir perdu son mari ». Celui-ci est mort sur le front lors de la Première Guerre mondiale. Lors de l’occupation de la zone libre, Poujade passe en Espagne où il est incarcéré plusieurs mois avant de gagner l’Afrique du Nord puis l’Angleterre. « Démobilisé après avoir passé les plus belles années de sa vie à servir son pays, sans situation, sans capital, ayant à assumer la charge déjà lourde de sa famille, Pierre Poujade repartait à zéro, représentant, puis commerçant, quand… il choisit le combat ». Ce que se garde bien de dire cette présentation, c’est qu’avant l’invasion de la Zone Libre, Poujade avait rejoint le mouvement de jeunesse du Parti Populaire Français de Jacques Doriot et adhéré à la Révolution Nationale de Philippe Pétain. Nous reviendrons sur cet aspect en conclusion de notre article.

Le parti qu’il fonde officiellement le 29 novembre1954 prend le nom d’Union de Défense des Commerçants et des Artisans (UDCA) et connaît un succès foudroyant mais de très courte durée. S’il obtient 11,6 % et 52 députés aux législatives de 1956 sous le nom d’Union et Fraternité Française, en juin 1958 il connait une scission importante de plus de la moitié de ses parlementaires, marquant ainsi déjà la fin du mouvement. Poujade disparaît alors de la vie politique française et se consacre jusqu’à sa mort au développement et à la promotion d’agro-carburant.

« A toute histoire il faut une légende. L’histoire du redressement de la nation retiendra celle de Saint-Céré, qui fut plus qu’une action, comme il y en avait eu bien d’autres à travers le pays, mais un témoignage. La preuve que ce qui paraissait impossible pouvait se réaliser. (…) Saint-Céré (…) a toujours été à l’avant-garde de toutes les frondes régionales. Passions politiques et religieuses ont de tout temps dressé, parfois violemment, les habitants les uns contre les autres (…) Les élections municipales de 1953 ne manquèrent pas à cette tradition, et après une campagne mouvementée, 21 conseillers se retrouvèrent autour de la table de délibérations, représentant toutes les couleurs de l’arc-en-ciel politique. Comme toujours dans ces cas-là, celui qui manœuvre le mieux et qui est le plus inutile à la communauté a le maximum de chances de devenir maire. Cela n’a pas raté. »[2]. L’UDCA naît en fait d’un refus d’un contrôle fiscal chez un cordonnier de Saint-Céré, petite ville du Lot, en juillet 1953. Dans un style et avec un vocabulaire qui donne le ton, Poujade raconte dans son livre ce contrôle : « Dès l’entrée chez le marchand de chaussures, les contrôleurs – polyvoleurs ou autres, peu importe – se sont sentis gênés… ils manquaient d’habitude.

- Alors, monsieur, dirent-ils au marchand, vous refusez d’être contrôlé ?

- Non, monsieur veut bien être contrôlé, répondons-nous, mais NOUS, nous ne voulons pas qu’il le soit. Si vous l’obligez à sortir ses livres, nous les prendrons !

- Je regrette, poursuit l’inquisiteur en chef – un coriace – mais l’administration a décidé que tous les contrôles prévus devaient être terminés fin juillet… Un même éclat de rire se répercute parmi les boites à chaussures. C’était fini, l’épouvantail. Quelque chose venait de se casser. Le temps des nouveaux seigneurs était révolu…

-Et bien, vous direz à Votre Administration que nous regrettons infiniment, mais que nous venons de décider que cela ne se ferait pas. »[3]

Ce premier coup médiatique réussi, le mouvement va s’étendre comme une trainée de poudre à partir de Saint-Céré. Constamment, il est fait appel au peuple pour qu’il prenne ses responsabilités, qu’il arrête de se laisser faire : « Comme chez nous, il ne faudra compter que sur vous. Le propre du Mouvement, son origine, sa raison d’être et son avenir, c’est l’honnêteté, le peuple et l’action. Sorti de ces éléments, vous courez à l’échec. En effet, il est bon de savoir que s’il y a encore une chance de trouver un grand courant pur et généreux, c’est vers le peuple qu’il faut se tourner. Ce peuple qui a encore le bon sens et la force et à il ne manque que la confiance et l’action. »[4] Mais ce peuple n’est cependant pas complet. Car l’UDCA, comme souvent les mouvements d’extrême droite, a pour point d’ancrage et principal vivier les membres de la classe moyenne. Poujade le dit d’ailleurs clairement : « D’autres diront, un jour proche, les complicités nationales et internationales qui ont joué contre notre intérêt présent, bafouant notre passé et hypothéquant gravement notre avenir. Pour moi, je ne retiendrai et ne dénoncerai que le mensonge et l’hypocrisie qui ont entouré ses rapports avec les classes moyennes. Il faut bien s’entendre, d’ailleurs, sur ce que doit représenter l’appellation “classes moyennes”. J’aurai l’occasion d’y revenir, mais il faut que l’on sache que si les paysans, commerçants et artisans sont les “moyens” classiques, l’industriel ne constitue ni en esprit, ni en intérêt une partie de ces “classes moyennes” (…) Il faut que nous sentions notre classe avec ses charges et ses avantages, ses misères et sa mission. »[5]

Des propos connus

Avec le début de cet extrait apparaît déjà nettement un des thèmes habituels de l’extrême droite, à savoir la théorie du complot. Mais ce qui marque le plus l’UDCA est la personnalité de Pierre Poujade, l’impression – qui sera confirmée par l’histoire du mouvement – que tout ne tient que par sa personnalité. Il le dit d’ailleurs lui-même : « L’Histoire ne se fait pas avec des colonels à « six galons » et des citations à pleine brouettes. Elle est faite de sacrifices obscurs, de courage résolu et de beaucoup de fraternité. Pour moi, je peux vous le dire aujourd’hui, ce Vel’ d’Hiv’ 1954 fut l’effondrement d’un ultime espoir : au moins de ne pas être seul… J’avais tout fait pour hisser à la responsabilité nationale des gens qui ne seraient jamais sortis de leur anonymat, et la preuve était faite que je en pouvais compter sur aucun et qu’il fallait me méfier de presque tous… Combien de fois ai-je été au bord du découragement ! Heureusement, la destinée veillait, et votre soutien, votre confiance à tous, militants de base, faisait le reste. »[6]. Le rôle du chef, vigoureux, fort, infatigable, présent partout et qui s’est sacrifié pour la cause est une constante de l’ouvrage. Pas de chef sans force : « En quelques bonds, je passe sous le nez de certains qui s’en souviendront longtemps, un coup de poing sur la table, un “nom de dieu” retentissant, et si vous n’avez jamais vu un “président de Chambre de Métiers” se déguiser en courant d’air, il aurait fallu être à Cahors ce jour-là, car même devant la préfecture je n’ai pu le rencontrer. J’avais pourtant deux mots à lui dire, c’était le moment… mais pas pour lui. »[7] et sans dévouement absolu : « “Je compte sur lui !” A partir de ce jour, il n’y a plus eu de vie matérielle ou familiale possible. L’Union, l’Union seule. Impossible de reculer (…). Il n’y a plus de “papetier de Saint-Céré”, il y a le pèlerin des braves gens. Il n’y a plus de Poujade. Il est un peu de chacun des amis qui se joignent à lui, sur la route, et qu’il n’a pas le droit de décevoir… Vingt-sept réunions dans une semaine ! Vingt-sept fois dans de petites salles enfumées, la première à 8 heures du matin, la dernière à 22 heures. »[8]

Si la place centrale de Poujade est connue, on oublie trop rapidement que le poujadisme était marqué par un antisémitisme affirmé « On se souvient de cette poignée de pantins sans honneur et sans vertèbres, qui s’est voilée la face d’indignation parce qu’un petit papetier disait tout haut ce que tout le monde pensait tout bas. “Cet homme en veut à la démocratie, il porte atteinte aux institutions républicaines” Toutes les grandes tirades y sont passées… Elles sont passées dans les colonnes de la presse à gages ou dans la discussion de certains clubs. Pas sur la place publique, bien entendu, car ces nouveaux défenseurs du régime peuvent cacher leur nom véritable sous celui de l’un des nôtres qu’ils nous ont volé ; mais ; peut-être qu’à leur accent, le bon peuple de France ne retrouvera pas celui de son terroir et ne goûtera pas la plaisanterie »[9] qui se portait essentiellement sur la personnalité de Pierre Mendès France avec des mots terribles : « Songez à la lutte anti-alcoolique déclenchée au moment où il se boit le moins d’alcool en France et par celui chez qui il s’en trafique peut-être le plus ! La santé de nos enfants, monsieur Mendès, nous nous y attachons et ne vous avons pas attendu. (…) Avouez que la santé, comme le sang des nôtres, vous vous en moquez éperdument, mais plutôt dites-nous ce que vous comptiez mettre à la place des cafés ! (…) Si vous aviez une goutte de sang gaulois dans les veines, vous n’auriez jamais osé, vous, représentant de notre France, producteur mondial de vins et de champagne, vous faire servir un verre de lait dans une réception internationale ! »[10].

Oui, Poujade est d’extrême droite

Rôle du chef, antisémitisme, mais aussi un antiparlementarisme virulent : « En démocratie, l’autorité vient du peuple. Or lorsque 40% des électeurs s’abstiennent et que, sur les 60% au moins, 25% votent au petit bonheur, sachant, avant même de voter, qu’ils seront trahis, le gouvernement qui ressort du Parlement ne peut pas être un gouvernement national ; il n’est que le représentant et l’esclave de quelques “féodalités”. Toutes nos misères viennent de là ! » complété d’un discours sur l’effondrement prochain de la France et sa décadence totale : « Ne pouvant gouverner avec la masse, ils vont tout diviser, tout salir, tout piller, pour nous écœurer et rester “entre eux”, entre “gangs” ! Ils ne sont pas capables de s’occuper des grandes choses de la nation. La France est bafouée dans les conférences internationales. Notre armée, avec un budget énorme, se couvre de ridicule ; notre état-major est farci d’incapables ; nos grands chefs diminués, la trahison est partout. Nous devons abandonner petit à petit nos plus belles colonies ; poussées par une main invisible, nous trahissons nos engagements avec des peuples qui nous avaient fait confiance ! (…) Notre jeunesse est laissée à l’abandon. Nos étudiants grandissent dans un climat dissolvant de défaitisme… Une lourde hypothèque pèse sur notre avenir »[11]. Notons ici que Poujade, marié à une Française née en Algérie était un partisan acharné de l’Algérie française. Il est aussi sur un autre plan germanophobe.

Pierre Poujade a un parcours significatif. Jeune nationaliste, catholique de province adhérant à la Révolution Nationale de Vichy, il passe en Angleterre pour combattre les « boches » dans un réflexe 14-18 (voire 1870) et non par antifascisme. Il fonde ensuite un parti populiste de droite qui agrégera les membres d’une extrême droite à peine amnistiés et qui se restructureront après autour de Tixier-Vignancourt. Il est ainsi un maillon d’une chaîne reliant l’extrême droite d’aujourd’hui à celle des années 30. Enfonçons le clou en rappelant que c’est sur ses listes que Jean-Marie Le Pen deviendra pour la première fois député. Et terminons par cette citation à la phraséologie habituelle aux lecteurs de cette rubrique : « Fesser les députés sur la place publique, nous le pouvons, mais cela ne fera pas avancer d’un pouce. Pour notre libération, il faut se hisser d’un échelon résolument, - j’allais dire héroïquement !- s’en prendre à la source du mal, je veux dire aux puissances financières apatrides et inhumaines »[12].

Notes


[1] Poujade, Pierre, J’ai choisi le combat, Saint-Céré, Société générale des éditions et des publications, 1955.

[2] P.23.

[3] P.30

[4] P.66

[5] P.110

[6] P.97

[7] P.55

[8] P.69

[9] P.123

[10] P114

[11] P.124

[12] P.136

Aucun commentaire: